~ Forum YAOI • Optimisé pour mozilla ~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Heather Gabriel Lovelace ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Heather G. Lovelace
Black Lullaby ~♪
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 09/07/2010


Feuille de personnage
Péché mignon: Le Earl Gray
More about you:
Devise:
MessageSujet: Heather Gabriel Lovelace ♥ Dim 11 Juil - 0:35


.


• I D E N T I T Y . C A R D •


.


N O M :: Lovelace
P R É N O M (S) :: Heather ; Gabriel
S U R N O M (S) :: si j'en ai, je ne suis pas au courant
 G E :: 69 ans.
D A T E . & . L I E U . D E . N A I S S A N C E :: Londres; le 06 janvier 1821
O R I E N T A T I O N . S E X U E L L E :: Gay ambi
D É M O N . D E . L ' O R P H E L I N A T :: [ x ] oui | [ ] non
P O S T E . O C C U P É :: professeur de musique


.


• C H A R A C T E R ' S . L I F E •


.



S I T U A T I O N . F A M I L I A L E . & . A M O U R E U S E ::
D'aussi loin que je me souvienne, ma situation familiale, même si elle n'était pas parfaite, n'a jamais été une prise de tête non plus. Si vous vous attendiez à quelque chose du genre "je les ai toujours déteste, j'ai fugué en Norvège pour ne plus jamais les revoir !" vous allez être déçu. Non, si j'ai coupé les ponts avec ma famille, à mon plus grand regret, c'est simplement parce que je suis un démon et que je n'avais pas envie de leur causé de tort.
Concernant ma situation amoureuse, c'est le calme plat. N'imaginez pas non plus que c'est pareil pour ma vie sexuelle. Ne mélangeons pas sexe et sentiments. Il m'arrive d'avoir des amants d'un soir ou d'une semaine au grand maximum, mais je ne suis pas prêt à m'engager avec quelqu'un. Cela risquerait de bouleverser mes habitudes et je déteste ça.


.



G O Û T S . & . D É G O U T S ::
Mes goûts ? Et bien, j'aime mon pays natal même si je n'y vais pas souvent. Au moins j'en conserve de bons souvenirs et ne risque pas d'être désillusionné. J'aime aussi le thé de mon pays et parmi les habitudes que je ne supporte pas qu'on bouleverse il y a le fait de m'empêcher de prendre mon Earl Grey à cinq heures.
Sinon j'aime la musique, c'est plutôt un bon point pour un professeur de musique non ? Je joue du violon, du piano et de l'accordéon.
J'aime les enfants en règle général donc jamais je ne lèverais la main sur l'un des orphelins, d'ailleurs, je ne lèverais jamais la main sur un môme.

Concernant ce que je n'aime pas, vous savez déjà que je déteste qu'on bouscule mes habitudes, je n'aime pas non plus le foutoir.
Sinon, je n'apprécie guère les prêtres et leur foutu Dieu. Je considère que ce sont des menteurs et leur Dieu aussi, s'il existait vraiment un Dieu, je ne pense pas qu'il laisserait ces sujet foutre une telle merde dans leur monde... Jésus ne prônait-il pas l'amour universelle ? Ses fidèles ont besoin de revoir la définition de l'amour universelle !



.



C A R A C T È R E ::
Hum, c'est difficile de se cerner soit même, mais je vais voir ce que je peux faire. Je vais faire des testes sur facebook (quoi ? Où ça un anachronisme ? Okay on la refait).

Hum, c'est difficile de se cerner soit même, mais je vais voir ce que je peux faire. Je vais faire de mon mieux pour être fidèle à moi-même.

Déjà, je tiens à dire que je suis très maniaque : que ce soit dans ma tenue, dans mon rangement ou dans celui des autres et dans les idées. Je pense vraiment que si l'on n'est pas ordonné dans son rangement, on ne peut pas vraiment l'être dans sa tête. Cela dit, on me contredira facilement avec ces histoires de "foutoir organisé" mais je n'approuve pas cette conception. Pour avoir des idées structurées il faut forcement les ordonner.

Ensuite, je suis du genre travailleur. Bailler au corneille m'ennuie et le temps perdu (même si je suis immortel) c'est du temps qu'on ne peut pas rattraper alors j'aime faire les choses au moment où j'en ai l'occasion et ne pas me dire "je le ferais demain" ...parce qu'on sait tous que les gens qui sont comme ça finissent par se dire "je le ferais demain" le lendemain et ainsi de suite. Au final les choses ne sont pas faites. Enfin, ce n'est pas pour autant que je ne m'autorise pas de pauses. J'ai besoin de dormir, accessoirement. Sinon à cinq heures c'est l'heure du thé et à l'heure du thé on se repose et se détend ! Pas question de travailler à cette heure-ci, quitte à arriver en retard pour donner mes cours.

Certain dirons que je suis sévère. Je ne pense pas que ce soit vraiment de la "sévérité" mais je tiens au respect des règles et de la politesse. Je déteste le manque de respect, c'est puéril ! Je n'aime pas non plus les personnes qui n'assument pas leurs actes et qui rejettent la faute sur les autres. Je suis une personne qui réfléchit avant d'agir et s'il s'avère que je me suis trompé, je le reconnais. Ainsi je pourrais éviter de faire les mêmes erreurs. C'est comme ça que ça fonctionne dans mon monde.

Sinon, je ne parle pas trop de ma vie, je n'aime pas ça. Et non, même si je suis adepte du thé, je ne suis pas de ceux qui déballent toute leur vie entre deux biscuits. D'ailleurs j'évite autant que possible ces personnes... une fois qu'elles vous tiennent avec l'histoire ennuyeuse de leur vie, elles ne s'arrêtent plus ! Et comme par hasard, je crois qu'il n'y a que les gens qui ont vie chiante à mourir qui la raconte !!! Qu'ils se tirent une balle dans la tête ça leur évitera de dire des bêtises ! Enfin bon, par politesse j'écoute... lorsque ça commence à durer trop longtemps, il faut vite une excuse pour s'échapper : "Ah ! Déjà cette heure-là ? ( = la vache, j'ai cru qu'on y arriverais jamais ). Le temps passe vite quand on papote ( = et voilà tout le temps que je viens de perdre en ta compagnie ). Bon je te laisse, faut que j'aille corriger des copies ( =toutes les copies que j'aurais pu faire tranquillement si tu ne m'avais pas tenu le grappin pendant trois heures pour me raconter ta vie merdique )." ou alors "Il se fait tard ( t'es content(e) ? Tu m'as bousillé toute mon après-midi ), je vais rentrer ( enfiiiin !!! ) sinon je serais fatigué, demain j'ai une grosse journée ( que tu n'as pas intérêt de bousiller cette fois ! )." Voilà ce qui se cache dernière toute cette hypocrisie... je que préfère nommer politesse.

Continuons. Je suppose que je suis quelqu'un qui garde les pieds sur terre. Rêver et créer des mondes meilleurs je laisse ça aux autres, aux enfants notamment. Je leur envierai bien cette innocence qui leur permet de trouver des solutions à tous les problèmes, mais à mon âge, on en a fini avec les illusions. Encore plus quand on est un démon. Et puis, quand on lit un peu de philosophie, on devine bien que changer les hommes est impossible.

Voilà, je crois que je vous ai tenu le grappin assez longtemps avec mon caractère alors je vais y aller ( enfin !!! ), je n'ai pas vu le temps passé ( oh que si ) et il est tard ( c'est pas trop tôt ! ). Alors passons à la suite ( Encore ? Putain !).

.



P H Y S I Q U E ::
Alors c'est quoi maintenant ? Le physique ?! Mais ... c'est nul. Il n'y a qu'à me regarder pour voir à quoi je ressemble ! Enfin bon, si c'est le protocole, je m'y plierais.

Bon alors je suis un homme... c'est une découverte monumentale n'est-ce pas (surtout sur un forum yaoi, ahem). Ma taille - je ne suis pas du genre à mesurer tous les jours pour voir si j'ai grandi d'un millimètre - donc la dernière fois que je me suis mesuré je devais avoir atteint un mètre soixante-quinze. Je devais avoir dix-huit / dix-neuf ans donc ça m'étonnerait que j'ai grandi depuis. Concernant mon poids c'est le même souci. Bon, à cette époque je devais peser dans les soixante-deux kilos. Mais le poids ça varie, on prend deux kilos aux fêtes de Noël alors on ne bouffe plus pendant un mois et ont en a perdu quatre... je pense donc qu'aujourd'hui mon poids se situe entre soixante et soixante-cinq kilos.

Bon voilà, une silhouette de rêve en sommes... non ? Ahem. Bref, concernant ma silhouette, je ne suis pas du genre à me laisser aller, la bedaine de la quarantaine non merci ! Je ne vais pas dire non plus que je fais mon jogging tous les matins... Je fais très peu de sport, je n'aime pas trop cela. J'apprécie juste l'équitation et l'escrime que je pratique lorsque j'en ai l'occasion... lorsque je vivais à Londres c'était au moins deux fois par semaine. Enfin bon on s'en fiche. Je pense quand même avoir une silhouette assez fine, voir un tantinet élancée.

Passons à mes cheveux. Eh oui, quand on se lave on commence par le haut non ? Ben moi je commence par les cheveux. Donc, je m'égare, ils sont noirs et plutôt souples et lisses. Et...ben c'est des cheveux quoi ! Mi-longs, dégradés... et bien entretenus parce que je n'aime pas le laisser aller en général, mais au niveau des cheveux encore moins ! Donc je me les coupe régulièrement...mais bon, on ne va pas passer la nuit à parler de mes cheveux non plus. Quoi que, je veux bien admettre qu'ils plutôt jolis et agréable au toucher - grâce à mon shampoing à l'huile de jojoba et camomille - mais pour vérifier il faut mon autorisation.

Les cheveux c'est fait ( Heather raye "cheveux" sur son calepin ) passons au visage maintenant. Mes cheveux encadrent mon visage et masque une partie de mon front. Mes sourcils sont de la même couleur et très fins. Ils surmontent mes yeux rouges. Cette couleur ne passe pas inaperçu, pourtant c'est joli non ? En tout cas, je n'aimerais pas changer de couleur d'yeux. Ils sont parfois dissimulés par des lunettes, car mes yeux fatiguent vite, je porte donc des lunettes lorsque je lis ou que je donne cours. Bref, continuons avec mon nez, plutôt fin et légèrement en trompette comme on dit. En dessous, mes lèvres pâles abordent généralement des sourires polis. Enfin mon menton ferme avec harmonie l'ovale de mon visage. ( Heather raye "visage" sur son calepin) Et voilà qui clos cette partie. La suite maintenant.

Mon corps... quoi vous dire... ? C'est un corps d'homme avec tous les attributs masculins. Il serait plus simple que je me déshabille ( les fangirls ont les yeux qui brillent ) mais puisqu'il faut décrire ... ( et oui, déception totale pour les fangirls ) je vais utiliser les mots. Bon alors comme je l'ai dit plus haut, même si je n'ai pas un corps d'athlète, je ne suis pas du genre à me laisser aller. Ainsi, mon ventre plat laisse apparaître de légers abdos, tablettes de chocolat comme certain appellent ça, il faut aussi mon autorisation pour ... goûter ce chocolat. Évidemment, je suis imberbe, si je ne l'étais pas je chasserais les poils avec acharnement. Sérieusement, c'est quand même plus agréable une peau bien lisse qu'une fourrure animale rugueuse !

Mes doigts sont très fins, les faucheux et leurs longues pattes doivent être jaloux d'ailleurs ! Ce sont des doigts de pianistes, j'ai commencé le piano à six ans donc ma croissance s'est faite en accord avec mes activités.

Passons à mon style vestimentaire... non je n'ai rien oublié, si vous voulez en savoir plus sur ce qu'il y a juste en dessous de la ceinture, il faudra faire partie de mes amis très proches ! Donc, mon style vestimentaire. Je suis toujours vêtu de noir, c'est une couleur sévère et classe et c'est surtout ce que je porte le mieux. Je ne me vois pas en jolie robe rose ou costume bleu clair !

Et bien il semblerait qu'on en ai fini avec le physique ( punaise ! ce fut long !!! ) alors passons à l'histoire ( quelle galère ).

.



H I S T O I R E ::
Je croyais pourtant avoir dit que je n'aime pas raconter ma vie. Enfin bon, je n'ai pas trop le choix alors je ne vais pas me rebeller. Sinon je peux toujours attaquer les admins de ce forum pour atteinte à la vie privé... ahem nouvel anachronisme.

Je suis donc né un jour de neige à Londres. Le six janvier 1821 pour être précis. J'étais le benjamin de la famille, mais aussi celui que l'on avait terriblement désiré puisque mes aînées étaient des filles.

Hum je vais faire un petit topo familiale : mon père, Harry Edward Lovelace, était le fils aîné de la plus noble et la plus ancienne famille d'Angleterre, les aînés de la famille acquéraient le titre de Duc.
Ma mère Sophia Mathilde Anderson était la fille d'un Marquis ami de la famille Lovelace. Leur mariage fut arrangé.
Après un an de vie commune, ils eurent leur première fille : Monna Clarisse Lovelace, née le treize août 1814 et de sept ans mon aîné.
Puis la cadette arriva, Mary Heloise Lovelace, née le neuf mai 1817, âgée de quatre ans de plus que moi.
Ensuite ce fut moi.

Avec autant de filles à la maison, autant dire que la vie fut mouvementée. Surtout que lorsque j'étais enfant, j'étais un véritable emmerdeur, je passais mon temps à embêter mes pauvres soeurs pour qu'elles jouent avec moi. Je me souviens que j'aimais bien cacher leur bijoux ou leurs poupées lorsqu'elles en avaient encore ! J'entends encore Monna m'appeler depuis sa chambre en criant pour savoir où j'avais mis sa broche blanche ou Mary pleurer parce qu'elle ne retrouvait pas sa poupée. Combien de fois mon père m'a dit de leur rendre ce que j'avais caché ? Dire que je ne me suis jamais excusé pour tout ça... je me contentais de partir bouder dans ma chambre jusqu'au moment où Monna viendrait me faire la leçon puis me dire que si je ne recommençais plus on pouvait faire la paix... à chaque fois je recommençais... pauvre Monna.

En grandissant j'ai commencé à changer, déjà parce que j'avais autre chose à faire que cacher les bijoux de mes soeurs : le piano, le violon, l'équitation, l'escrime et mes leçons me prenaient beaucoup de temps mais jamais ça et parce que le sang qui coulait dans mes veines était finalement... différent de celui de mes parents et de mes soeurs... différent de celui des êtres humains en général. Vous savez, un démon doit boire du sang humain pour se nourrir. Comme évidemment, je ne le faisais pas malgré l'envie que j'avais, je repoussais cette écœurante idée et tombait malade à l'âge de quinze ans.

Malgré tous les efforts des médecins, rien n'y faisait. Alors une nuit je suis sorti. Me rendant dans les bas-fonds de Londres je poignardais une prostituée et avala son sang. Attention, je n'aime déjà pas qu'on m'appelle démon alors vampire c'est encore pire : je n'ai pas de dents pointues, je ne crains pas la lumière du jour et encore moins l'ail et les crucifix... je pense que le seul nom adapté est celui de Monstre. Devoir tuer pour survivre alors qu'on n'a rien d'un meurtrier ou d'un psychopathe c'est pire que de tuer par maladie non... "Pourquoi je tue ? Oh juste comme ça..." c'est peu valable comme explication.

Et puis finalement je guéris... ma famille croyait à un miracle de Dieu, moi je savais qu'il s'agissait d'un cadeau empoisonné de Lucifer. Mais bon, je les laissais croire ce qu'ils voulaient, menant une double vie. D'un côté, exposé au grand jour, le jeune noble souriant et polis, de l'autre côté, face cachée de la lune le tueur qui débarrassait le monde de déchet que personne ne regretterait (des prostituées, des SDF, des piliers de bar...), ceux que personne ne voit en somme. À l'époque je pensais vraiment cela, mais finalement, on peut avoir coupé les ponts avec toute sa famille et ses amis, on manque forcement à quelqu'un... J'ai compris cela lisant les journaux. Une jeune prostitué que j'avais tué avait été kidnappée et emmenée loin de ses parents lorsqu'elle avait treize ans. Lorsque je l'ai tuée, elle devait en avoir quinze... la suite, j'ai supposé qu'elle s'était échappée et qu'elle tentait de survivre dans ce monde abjecte en vendant son corps. Quand l'enfant fut retrouvée, les parents de la gamine furent mit au courant... la première chose que j'ai imaginé c'est la scène qui s'était sûrement dérouler : "bonjour madame, nous avons retrouvé votre fille, sont corps a été retrouvé la nuit dernière dans un caniveau des bas-fonds"... en la tuant je pensais qu'elle ne manquerait à personne, finalement il s'avérait que j'avais détruit tous les espoirs de cette famille, certes on avait enfin retrouvé leur fille, mais dans quel état ?! Cette scène fictive dans ma tête me hanta un long moment.

À vingt ans je quittais l'Angleterre, je partis d'abord en Inde, grande colonie britannique. Là je rencontrais mon premier amant et celui à qui je fus sans doute le plus fidèle. Il s'agissait d'un jeune ( le mot est faible, il n'avait que quatorze ans) indien, nommé Daruka, qui en plus de me donner sa virginité me donnait régulièrement le sang dont j'avais besoin. Je suis resté six ans à ses côtés puis j'ai disparu du jour au lendemain après avoir reçu une lettre de Mary qui m'annonçait que notre père était mourant.

Je suis donc revenu à Londres. Mon père malade décéda deux semaines après mon retour, je venais d'hériter de la fortune de la famille Lovelace, du titre de Duc et de la chevalière de mon père ( trop grande pour moi d'ailleurs, c'est pour cela que je la porte au pousse, mais bon, on s'en fiche ). Loin de moi l'envie de rester dans ce pays qui était si cher à mon coeur, je n'avais pas l'intention d'y rester.

Cette époque qui me semblait pénible sur le moment est plutôt comique lorsque j'y repense. Devenu Duc, ma mère désormais vieille, mais toujours en forme se mit dans le crâne de me trouver une épouse. "Mère, ne vous fatiguez pas, j'aime les hommes" j'aurais bien aimé lui dire cela, mais la pauvre, croyante comme elle était depuis ma guérison miracle, elle aurait fait une crise cardiaque sur-le-champ. Monna passait son temps à me présenter des amies plus jeunes qu'elle en insistant toujours sur certains mots attirer mon attention :

"Oh Heather ! Tu tombes bien, je te présente MADEMOISELLE de quelque-chose, c'est une bonne amie, elle est TRÈS AGRÉABLE et de bonne COMPAGNIE ! Je suis sûre que vous vous entendrez bien... oh excusez-moi, je dois aller saluer un-tel !"

( Je n'en doute pas Monna, si elle est de si bonne compagnie, pourquoi ne reste tu pas avec elle au lieu de m'ennuyer ? )

"Frérot ! Vient par ici s'il te plait ! Il faut absolument que tu fasses la connaissance de MADEMOISELLE un-nom-trop-long ! C'est la fille du comte un-nom-trop-long ! Tu sais, c'est une très bonne MUSICIENNE ! Elle joue du violon depuis qu'elle à huit ans, COMME TOI ! Je vais vous laisser parler de musique ensemble, je n'y connais rien moi. Hahaha"

( Monna, si c'est MADEMOISELLE un-nom-trop-long... pas la peine de me préciser le nom trop long de son père... enfin bon, au moins pour une fois tu en as trouvé une avec qui je peux parler... )

Voilà comment se passaient les soirées à Londres, dans ces moments_là, L'Inde me manquait terriblement. Et que ce n'était pas Monna ou ma mère qui m'ennuyait avec leurs jeunes filles à marier (qu'elles s'inscrivent dans une agence matrimoniale si elles sont si désespérées ) c'était Mary qui voulait que je lui parle de l'Inde. Enfin la présence et les discutions avec Mary étaient quand même bien plus intéressantes que celle que je m'efforçais d'avoir avec les inconnues qu'on me présentait. Plusieurs fois je lui parlais Daruka, finalement, je crois qu'elle savait que mère et Monna n'arriverait pas à trouver une épouse pour moi ! D'ailleurs, je n'avais aucune idée de ce que Daruka devenait, je l'avais quitté du jour au lendemain, sans mot d'adieux, j'étais partis sans rien emmener si ce n'est une petite valise... je suis quand même un beau salaud !

Je suis resté à Londres pendant trois ans avant de repartir. C'est pendant cette période que j'ai trouvé ma vocation de professeur de musique. Durant mes nombreux moments libre je m'occupais des enfants de mes soeurs. Mary avait deux fils l'un âgé de quatorze ans ( Leon ) et l'autre de douze (Edward ) . Quant à Mary, elle avait un fils aîné âgé de dix ans (Leopold il me semble ) et deux filles, la première avait neuf ans ( Ann-Liz ) et la seconde quatre ans ( et Emily, c'est un miracle je me souvienne de tout ce petit monde ). Quand ce n'était pas les leçons de musique c'était des échauffements à l'épée avec Leon, raconter des histoires sur les Indes à Edward et Leopold ou jouer au prince et aux princesses avec Ann-Liz et Emily... je n'avais pas le temps de m'ennuyer, mais je préférais largement ces journées mouvementées aux soirées pénibles dans lesquelles Monna et mère essayaient de me trouver des épouses. Je me souviens que lors d'une discution à ce sujet pendant un repas, Emily si calme habituellement avait pris la parole promptement : "c'est moi qui épouserais Oncle Heather" avait-elle dit ! Elle doit être âgée de quarante-cinq ans désormais... j'espère pour elle qu'elle ne m'attend pas !

Finalement en 1950, je quittais Londres et cette famille que j'aimais tant ( leur mentir sur mes activités officieuses - ou plutôt démoniaque ? - était trop difficile ) pour me rendre en Grèce cette fois. J'aurais pu retourner en Inde, retrouver Daruka, mais j'avais peur d'affronter son regard après ce que j'avais fait. Je ne suis resté qu'un an en Grèce. Puis je suis partis en Mongolie pendant deux mois et enfin en Chine pendant six mois... je réalisais que ces destinations me rapprochaient de plus en plus de l'Inde... il fallait que je revoie Daruka.

Lorsque je suis arrivé en ville, où j'avais rencontré mon jeune amant, je constatais que sa maison était vide. Par la suite, j'apprenais qu'il s'était suicidé il y avait dix mois de ça. On disait qu'il avait perdu l'envie de vivre depuis déjà quatre années... Alors, c'était de ma faute ? Parce que j'avais eu peur des représailles de Daruka, je n'avais pas voulu l'affronter, si je l'avais fais, il ne serait sûrement pas mort. J'avais tué le seul homme que j'avais aimé ! Je n'avais pas assumé mes actes et par ma faute je ne le reverrais plus jamais... c'est bête à dire, mais il faut qu'on perde les choses les plus importantes pour réaliser à quel point elles étaient chères à notre coeur ! C'est bête à dire mais, c'est trop tard que j'ai réalisé que fuir n'arrangeait pas les choses... qu'au contraire la fuite pouvait les rendre pire !

Ne voulant pas rester en Inde, je partais pour l'Australie pendant deux ans, enseignant la musique, j'eus une aventure avec un de mes élèves le mettent en garde sur le genre de relation que j'étais. Il m'affirma que ça ne le dérangeait pas et que de toute façon, il se pensait hétéro mais qu'il voulait "essayer les hommes" ... sur le coup je n'étais pas très flatté de n'être qu'un essais ! Enfin, apparemment, ce n'était pas un raté puisque nous nous sommes revu plusieurs fois ! Enfin nous nous sommes revu plusieurs fois hors des cours de violons, parce que pour les cours j'étais bien obligé de le voir une fois par semaine.

Bon après l'Australie, quittant mon bel amant de quelques nuits, je partais pour les États-Unis. Mon voyage dura plus longtemps cette fois. Je restais cinq dans ce pays, changeant régulièrement de ville. Là, j'ai eu beaucoup trop d'aventures sans lendemain pour qu'elles vaillent la peine d'être évoqués... oh si, il y en a une dont il faut que je parle... même si ce n'est pas à mon avantage... j'en ai honte, mais bon, il faut assumer nos actes, n'est-ce pas ? J'ignore quel abrutit a dit ça ! Alors bon, c'est partis. Je venais de m'installer à Chicago, ville qui grandissait de plus en plus grâce à l'arrivée de nombreux immigrés ( dont je faisais partis ). Je fis la connaissance, dans un salon intellectuel, d'un homme très envoûtant, qui semblait légèrement plus âgé que moi ( enfin, plus âgé que moi physiquement ). Il me demanda de lui apprendre le violon. Le moins que l'on puisse dire c'est j'ai sauté dans son piège à pieds joins, je suis allé chez lui le lendemain et ce qui m'attendait n'était pas vraiment un cours de violon et je pense que l'idée de faire du violon ne lui avait pas effleuré l'esprit une seule seconde. Sans rien comprendre je me retrouvais sous lui, sur son lit et incapable de lui résister... c'était ma première rencontre un monstre comme moi. Il était finalement bien plus âgé et bien plus expérimenter que moi... que ce soit sexuellement ou "démoniaquement". Pour la première fois je me retrouvais en dessous et soumit à la merci d'une force qui me dépassait. Par la suite je me suis demandé si mes amants avait ressentit la honte que j'ai éprouvé, mais je sais que non : je n'ai jamais forcé personne, moi. Voilà c'est dur à dire mais... je me suis fait violer par une ordure de démon bien plus fort et bien plus beau que moi. "Au lieu de te débattre, savoure et jouit puisque tu ne peux pas faire grand-chose d'autre". Je n'oublierais jamais ses mots et son regard... pénétrant ? Ahem ce n'est pas le moment pour faire de l'humour salace. Du coup, j'ai quitté les États-Unis le plus vite possible après cette mésaventure !

Après l'Amérique c'était l'Islande ! Et oui, on en entend par trop parler de cette île. Pour la première fois, je m'établissais vraiment quelque part : Reykjavík, la capitale du pays était un endroit agréable. Il y fait frais, mais jamais trop froid ! J'y suis resté dix ans, enseignant la musique à des gosses de riches. Cette période de ma vie fut très calme et très reposante. J'ai eu peu d'amants, mais comme je ne suis pas "nymphomane" je n'ai pas trop de problème avec ça. Il n'y a pas grand-chose à dire sur l'Islande, j'y retournerais volontiers dans une trentaine d'années.

Et puis, il y a vingt ans, je suis venu en Norvège, au niveau des températures je ne suis pas dépaysé. Je n'ai pas rejoint L'Orphelinat tout de suite, je me suis baladé un peu avant d'arriver à Langt. Enfin... si je suis à l'Orphelinat c'est pour m'occuper des gosses, mais je n'aime pas vraiment le fait qu'on les arrache à leurs parents. Et puis, j'ai toujours un peu de mal avec les démon depuis mon... incident à Chicago.

Et bien... c'est finiiiii ! Si vous avez tout lu, vous avez eu du courage parce que ça doit être bien chiant et sinon, je vous comprends, personnellement je n'aurais pas lu mon histoire si je ne l'avais pas vécu !


.



P O U V O I R ::
Comme tous les démons je peux me téléporter et me changer en animal.
Mon pouvoir personnel c'est le contrôle des fréquences audio. Mais pour cela, il faut déjà du son. Je vais vous expliquer. ( Heather met ses lunettes et prend son violon ) Voilà, quand je joue ce son ( joue une simple note ) j'émets une fréquence sonore. Cette fréquence sonore il me suffit de la manipuler ça donne ça ( joue la même note mais ceux qui l'entendent sentent leur cerveau va péter. Il arrête de jouer ) mais je ne veux tuer personne alors je vais arrêter la démonstration ici. Mais si je continuais, je pourrais faire griller le cerveau de ceux qui entendent le son du violon.
Ça ne marche pas qu'avec le violon, c'est valable pour tous les sons à condition que je capte leur fréquence.


.



A U T R E ::
• Je ne sépare quasiment jamais de mon violon. Déjà parce que c'est une pièce rare de la fabrication de Stradivari, ensuite parce que, bien que ce soit rare, si je dois me battre me battre je préfère l'avoir à mes côtés.

• La chevalière que je porte à mon pousse appartenait à mon père et à tous les chefs de famille Lovelace. Hélas pour notre famille, je ne pense pas que la ligné continuera lorsque je serais mort.

• Je suis mal à l'aise avec certains démons... si vous avez lu mon histoire vous saurez pourquoi.

.


• S O M E . Q U E S T I O N S •


.


E S - T U ?
    - C R O Y A N T :: pas vraiment.
    - V I E R G E :: pas vraiment non plus.
    - S U P E R S T I T I E U X :: idem.


C E . Q U E . T U . P R É F È R E ?
    - U N . L I V R E :: je n'en préfère aucun en particulier.
    - U N E . B O I S S O N :: le thé de mon pays.
    - U N . A L I M E N T :: qu'importe, je ne suis pas difficile.
    - U N E . C O U L E U R :: le noir, c'est classe.
    - U N E . F L E U R :: Le gardénia pour son allure pure.
    - U N . M O M E N T . D E . L A . J O U R N É E :: Le soir, au moment du crépuscule
    - U N . P A Y S :: L'Angleterre.
    - U N E . A R M E :: un petit poignard discret.


.


• D O . Y O U . N E E D ? •


.


R A N G . P E R S O N N A L I S É :: Black Lullaby

H A B I T A T I O N :: Ben une chambre pour moi tout seul HAHAHA

.


• T H E . P L A Y E R •


.



C O M M E N T . A S - T U . C O N N U . L E . F O R U M ? À ton avis ? Bah, dans un pot de yaourt ! c'est évident !
D E S . S U G G E S T I ON S ? Oui, je n'ai plus de nutella, alors pour faire un don, envoyer un pot de nutella au 66 rue de X-X-X-X-X-X-X, 66666, France.
C O D E :: HAHA tu plaisante j'espère ?! C'est moi qui les ai écrites...donc je les connais un peu.
A U T R E . C H O S E ? Il est une heure du mat' et... j'ai faim *a tout le temps faim*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sacrifice-ceremonia.forumactif.org

Heather Gabriel Lovelace ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sacrifice Ceremonia :: About you :: Présentations :: Fiches validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit